13 juillet 2006

DA VINCI CODE de Ron Howard. Un suppo et au lit.

Il est des films pour lesquels je ne perdrai guère plus de temps à la critique qu’au visionnage. J’ai lu le Da Vinci Code de Dan Brown l'an dernier et vu le Da Vinci Code de Ron Howard hier soir et je me déclare donc, par bulle papale personnelle, absout de toute critique constructive par dévouement excessif (marre de se flagéler, ça fait mal!).

L’intrigue du film, comme celle du livre, est inutilement alambiquée, incompréhensible pour le commun des mortels et bêtement complexe, le scénario, malgré ses distances dans l’adaptation, restant poussif et les dialogues se révélant d’une débilité incroyable par moments (« Robert… Que se passe-t-il ?! »). La mise en scène, notamment par ses choix de montages (alternés et parallèles, peu importe, puisqu’on s’en fout tant on s’y perd), est tout simplement digne des séries sagas de l’été les plus bas de gamme.

Audrey Tautou n’est jamais crédible et s’avère même parfois des plus exécrables (Ron Howard n’est visiblement pas Stephen Frears). Tom Hanks, limite besogneux, semble à peine heureux de gagner son argent, a priori plus préoccupé de travailler son futur rôle d’Ivan Mosjoukine dans le film historique que prépare Steven Spielberg sur la découverte de l’effet Koulechov (ne cherchez pas, c’est une intox, juste pour crâner en signifiant que l’acteur incarnant Robert Langdon a l’air constipé et incapable d’émotion d’un bout à l’autre du film). Jean Réno est merveilleusement inconsistant et, mis à part Etienne Chicot, méconnaissable et présent, seuls les acteurs incarnant des méchants paraissent avoir pris quelque plaisir à jouer.

Tout cela est fort dommage, quand même, car plus ici encore que dans le livre -ne serait-ce que par le choix d’une résolution amputée d’une moitié- le film fait fort peu cas de la place sensément retrouvée par la femme dans l’histoire de l’humanité, et Ron Howard passe à des milliers d’années lumière de ce qui aurait pu devenir un conte philosophique en choisissant l’option téléfilm bâclé. Mais, comme film de mecs, on a fait mieux, surtout dans le rythme !

Car il faut voir, pour le croire : « Monna Lisa » écrit avec deux « n », dans l’ascenseur du Musée du Louvres dont on se demande pourquoi il a été réquisitionné pour si peu, ou Sophie Neveu regardant, par le hublot du jet en train d’atterrir dans lequel elle se trouve, les voitures de police passer en contrebas à la même vitesse que l’avion (soit ce dernier se crashe, soient les voitures sont boostées façon Fast & Furious !). Et les fou rires ne manquent pas de gagner au fur et à mesure que l’on entend les policiers français parler, en live ou dans leurs talkie- walkies, affublés qu’ils sont tous d’une tension artérielle n’excédant pas deux…

Ce ne sont pas non plus les propositions graphiques aguicheuses des trop nombreux flash back, immensément stupides, racoleurs ou pitoyables, qui relèvent le niveau, dont l’apothéose est atteinte, en négatif et à la manière d’un M.Night Shamalayan se croyant obligé de prendre son spectateur de base pour un crétin, lorsque deux plans aux couleurs délavées nous montrent comment faire pour s’extraire vite fait d’un avion en roulage pour sauter dans un coffre de voiture. Vu la vitesse d’avancement de l’intrigue, tout spectateur avait largement le temps d’y réfléchir, merci quand même.

Miracles annulés au dernier moment, quelques partis pris dans l’image sont pourtant par instants joliment réussis, telle la visualisation de la résolution d’anagrammes, plutôt jolie.

Mais si peu ne fait pas un film et, à l’arrivée, il convient de constater avec dépit que sur ce coup-ci, vraiment peu illuminé, Ron Howard a réalisé une adaptation aussi mauvaise que le livre dont elle s’inspire, et que ce par ailleurs bon réalisateur tient ici sa caméra aussi platement que Dan Brown manie ses mots sans mordant, le chien.

Fidèle, finalement.

Posté par esprit critique à 14:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur DA VINCI CODE de Ron Howard. Un suppo et au lit.

Nouveau commentaire