02 novembre 2005

LA GUERRE DES MONDES, piqure de rappel. (scénar...rions!)

Il faudrait que je cesse de décortiquer le scénario de LA GUERRE DES MONDES, un film dont je pense cependant toujours qu'il est aussi efficace que bien fait -Spielberg est grand- car c'est bien là que semble trouver son talon d'Achille, ce qui fait qu'il n'a pas emporté l'unanimité chez les spectateurs.

Je n'aurais jamais dû prendre ce film-là en exemple pour mon premier cours sur la structure dramatique, le grand objectif est si visible (si risible) qu'il tue un peu les qualités intrinsèques du film lui-même (pour rappel rapide : la représentation de la mort justifie à elle seule que l'on s'intéresse à cette oeuvre).


Soit, donc, dans la trame du scénario...

    Une situation originelle :
      Ray/Tom est le (mauvais) père, divorcé, de deux enfants.
      
Pas de chance pour Ray/Tom (ni pour ses gosses) : ce week-end, il les a sur les bras

    Elément déclencheur / moteur :
      Les envahisseurs envahissent et font rien qu'à tout casser.
      Hommes, femmes, enfants, pas de jaloux, tout le monde y (tré)passe.

    Grand objectif de Ray/Tom :
      Retrouver maman pour lui refiler vite fait bien fait les enfants...
   

Je dois bien avouer que la trame de base n'est pas très défendable. Lorsque le grand objectif est a priori atteint (la maison de maman a miraculeusement tenu bon), maman n'est pas là! Du coup, la forme change (l'objectif géographique se réoriente) mais pas le fond : c'est toujours vers maman qu'il faut courir. Sans trop y réfléchir, le réflexe du mauvais père est même relativement idiot puisqu'il précipite ses enfants, pour vouloir les sauver, sur la route du danger...

Mais on ne m'empêchera pas de penser toujours que Spielberg est un sacré bon réalisateur...

PS. Jeu concours : Ray, Rachel, Robbie... Pourquoi ce "R" pour les prénoms du père et de ses deux enfants?!

Posté par esprit critique à 17:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur LA GUERRE DES MONDES, piqure de rappel. (scénar...rions!)

Nouveau commentaire